29 Responses

  1. didi1504
    didi1504 at |

    Contente que tu ais pu mettre des mots sur ton vécu. J’espère que tu te sens à présent soulagée…

    Reply
  2. Émilie
    Émilie at |

    28/08/11 j’ai mis quasiment un an pour arriver à parler de ce jour-là. C’est ici : http://www.lesptitsmwana.com/recits-accouchements/hopital-clinique-peridurale-voie-basse-episiotomie-je-ne-l-ai-pas-mis-au-monde-on-me-l-a-sorti.
    Comme toi j’ai eu l’impression de m’etre absentée ce jour-là, je n’étais pas là. Mais comme tu le dis tout est rattrapable. Il y a toujours un moment où l’on se sent enfin maman et c’est pour toute la vie donc on n’est pas à quelques heures près !

    Reply
  3. Delphinesbooks
    Delphinesbooks at |

    Bravo pour tes mots, je serai bien incapable de mettre des mots sur mon accouchement qui a été très violent, j’ai en plus été séparée de mon fils pendant plusieurs heures qui m’ont semblées interminables, je me suis sentie aussi dépossédée mais je sais aussi qu’on n’aurait pas pu faire autrement, j’essaye juste de ne pas m’en sentir coupable (mon fils était coincé contre mon bassin, il a été sorti aux forceps et a fait une insuffisance respiratoire, tant de choses tellement dures que je préfère les oublier).

    Reply
  4. Clo V
    Clo V at |

    Ohlàlà… Très émouvant, et ça ressemble beaucoup à la naissance de Temanu… Trop de monde tout d’un coup et puis pas d’explications du tout… Une auxiliaire de puériculture-bouée de sauvetage aussi, la seule à faire preuve de bienveillance et de douceur dans ce moment « compliqué »… et puis la violence de la naissance (pas physique pour moi, c’est sûr !) mais quand même, un bébé tout bleu vitevite emporté…
    Je crois qu’on n’oublie pas tout ça, mais comme tu l’écris, on apprend à avancer à partir de ces moments-là, tellement déroutants… Et puis quand on voit les relations construites avec nos petits qui grandissent tellement, on se dit « bravo » et « quelle histoire ! »
    Des bises

    Reply
  5. madamezazaofmars
    madamezazaofmars at |

    Je n’ai pu faire la paix avec la naissance de l’empereur, qui n’a pas étésimple, que quand j’ai accouché de Jajaja. Il m’aura fallu 4 ans.
    Alors ton texte me touche forcement <3

    Reply
  6. Hermine
    Hermine at |

    C’est dur de te lire, et ça soulève plein de questions en moi. Je ne sais pas si, un jour, j’aurai des enfants.

    Reply
  7. Béatrice
    Béatrice at |

    Beaucoup de tes phrases me transportent il y a un peu plus de 6 ans …
    « Il y avait un bébé sur mon ventre et je ne l’ai pas reconnu » … pareil, après un gros « trou noir ».
    Lâcher prise, indulgence et bienveillance, c’est ça, même si ce n’est pas facile (et que c’est long).

    Reply
  8. Nours
    Nours at |

    Indispensable d’écrire tout ça car le temps passant, les souvenirs s’étiolent et se lissent (non, c’est pas un vieux con qui parle !).
    Pour ma part, j’ai mis 6 ans à écrire le récit de la naissance de ma seconde petite louloute. Ceci dit, difficile de l’oublier.
    http://jesuisunnours.over-blog.com/2014/11/naissance.html

    Reply
  9. Estelle et ses poussières
    Estelle et ses poussières at |

    Très beau récit, j’ai également accouché en juillet 2013 au petit matin. Et c’est vrai que ce que nous apprennent les enfants ce sont le lâcher prise et la bienveillance.

    Reply
  10. lacafouine
    lacafouine at |

    J’avais aussi mal vécu l’irruption des médecins sans trop savoir pourquoi, ce speed qui arrive subitement alors que tout avait commencé conformément à mes souhaits, et le fait d’être la dernière informée et encore, à condition de poser des questions!

    Reply
  11. Babils et Chuchotis | Deux ans

    […] y a deux ans, ton regard de sage centenaire* a accroché le mien et je suis devenue toute petite. Je t’ai […]

  12. Quoi? Il faudra accoucher?
    Quoi? Il faudra accoucher? at |

    […] sais que l’expérience de mon 1er accouchement y est pour beaucoup, et les peurs que je ressens aujourd’hui y sont étroitement liées. […]

Chuchotez-moi vos mots doux...