Courageuse

Scène ordinaire au laboratoire d’analyses médicales ce matin :

« date de vos dernières règles ?

– Mars 2016? (je me mets à rigoler)

– Vous n’avez pas eu votre retour de couches ?

– Ben non vous savez, avec l’allaitement…

– Mais elle a quel âge ?

– 7 mois et demi.

– Vous êtes courageuse!

Je commence à faire quelques pas pour rejoindre la salle d’attente et puis non, je décide de creuser un peu…

– pourquoi vous dites ça ?

– Ben vous êtes courageuse, c’est contraignant l’allaitement !

– Ha bon vous trouvez ? Moi je ne trouve pas… Au contraire. J’ai besoin de sortir ? J’ai juste à mettre une couche dans mon sac. J’ai toujours du lait à bonne température à disposition pour ma fille. Si elle se réveille la nuit mon mari me l’emmène, je la mets au sein sans vraiment me réveiller. Pas de biberon à préparer, pas de biberon à laver et jamais de pénurie un dimanche. Parce que quand mon fils a pris du lait artificiel j’ai découvert tout ça… Et courir à la pharmacie de garde un dimanche en croisant les doigts pour qu’ils aient son lait, les biberons à trimballer, à laver… C’est bien plus pénible.

– Oui c’est vrai ! (elle rigole, j’ai l’impression qu’elle se revoit avec ses enfants). Mais… Vous tirez votre lait au moins ?

– oui.

– Ha ça va alors.  »

ÇA VA ALORS.

On en est là. Oui je tire mon lait… Mais il va rarement à ma fille et je le donne au lactarium. En 7 mois et demi elle a pris 2 fois mon lait dans une tasse à bec. Si je pars ? Elle patiente, elle prend une compote, m’attend et au cas où il y a toujours du lait au congélateur.

Oui,  j’allaite. Et je ne suis pas courageuse. Pour moi, malgré les difficultés (la freinectomie, les mastites à répétition, l’hyperlactation, le ref, la candidose… Bref…. Vous voyez….ou pas !) allaiter est plus simple, plus naturel, ce qui coule de source.  Et pourtant ? Je ne me sens pas enchaînée à ma fille, je ne trouve pas ça contraignant, je le vis au jour le jour, je m’adapte et c’est très bien comme ça.

La question de la garde ne se pose pas, et quand bien même… Il y aurait toujours une solution. Mais pour le moment, devinez quoi ? Je n’ai pas envie de la faire garder pour plus de quelques heures. Alors à quoi bon anticiper des problèmes qui ne se posent pas ?

Je ne sais pas combien de temps j’allaiterai, c’est une histoire qui s’écrit au jour le jour, sans contrainte, en s’écoutant. Mais courageuse ? Sûrement pas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 Responses

  1. couac
    couac at |

    Je partage complètement ton point de vue, je ne me suis pas sentie courageuse en allaitant (sauf au départ, quand ça fonctionnait si mal et qu’il fallait s’accrocher), au contraire, c’est clairement confortable (comme tu l’expliques très bien).
    Par contre, j’ai eu mon retour de couches 8 ou 9 mois après mon accouchement et ça, rétrospectivement, je trouve ça très courageux ! Je connais des femmes allaitantes pour qui il est arrivé beaucoup plus tôt et je pense que c’est une chance. Personnellement, libido et épanouissement personnel sont revenus avec mes règles. Je ne savais pas qu’attendre le retour de couches pouvait être assez ingrat…

    Reply
  2. Fred Ouistiti
    Fred Ouistiti at |

    Les gens ont toujours quelque chose (souvent dans le jugement et/ou négatif quand il s’agit de l’allaitement). Ici aussi, ça y est, les 6 mois sont passés donc je commence à sentir les regard réprobateurs, alors qu’il n’y a pas si longtemps ils étaient émerveillés.
    Je suis comme toi, je trouve que c’est tout sauf compliqué, contraignant…
    Je vous souhaite de nombreux câlins lactés à venir !

    Reply
  3. biboumam
    biboumam at |

    On m’a souvent dit cette même phrase qui pour moi n’a effectivement pas de sens… c’est pour décider d’avoir un enfant qu’il faut du courage (ou de l’inconscience ) mais ensuite je ne vois pas en quoi l’allaitement est à relier au courage… en plus j’ai le sentiment que dans la bouche de ceux qui parlent de courage cela signifie un peu « ben dis donc vous aimez vous sacrifier » et je ne le ressens pas du tout comme ça…

    Reply
  4. Béatrice
    Béatrice at |

    Pareil, je ne me suis jamais sentie courageuse 😉
    Super pour le lactarium !

    Reply
  5. mamacami
    mamacami at |

    Rien ne me semble plus naturel et plus beau que d’allaiter son enfant. Et comme toi, je ne trouve pas ça du tout contraignant. J’ai allaité Simon jusqu’à ses 2 ans et demi et je n’ai jamais tiré mon lait ;-D

    Reply
  6. RD
    RD at |

    Pareil, je ne me sens pas courageuse, et même plutôt flemmarde
    Je crois que je n’aurais pas eu la force de me lever la nuit, de préparer un biberon, et de ne pas me rendormir tout de suite… Grâce à l’allaitement (et au cododo au début) j’ai toujours eu un bon sommeil, pas de stress en sortie parce que toujours du lait prêt à consommer. Bref pour moi c’est surtout une vraie solution de facilité! Après je l’avoue, je n’ai eu aucun désagrément, mon fils a bu du lait que je tirais au bib dès ses premiers jours (sans que ça perturbe l’allaitement classique), on m’a facilité la vie à la crèche en prenant mon lait sans difficulté, etc.
    Du coup, d’un allaitement que j’envisageais assez court au départ, nous en sommes à plus de 18 mois, et pas encore prêts tous les deux au sevrage…

    Reply
  7. lilylasite
    lilylasite at |

    moi je trouve que celles et ceux qui donnent le biberon sont courageux !!! surtout la nuit 😉 mais ici en journée, elle vient se servir toute seule, quand je veux qu’elle attende, je lui dis « non là ce sont mes seins » et elle revient plus tard 😉 que c’est simple !

    Reply
  8. Tazzz
    Tazzz at |

    Lol ! Comme quant quelqu’un te demande avec des yeux gros comme des balles de tennis « tu l’allaites encore mais il a quel âge?  » et que tu réponds le plus naturellement et le plus fièrement du monde « bien sûr que je l’allaite encore, il n’a que 15 mois, ça me paraît un peu jeune pour arrêter le lait ! « , le tout avec un sourire tellement grand que la personne en face se sent toute bête de sa réaction…

    Reply
    1. biboumam
      biboumam at |

      Excellent, je garde ta réplique en réserve !

      Reply
  9. Minka
    Minka at |

    « C’est courageux », ça sonne parfois comme « je voudrais vous dire que je trouve ça chouette mais je ne sais pas comment le tourner », aussi …
    Moi je me suis sentie courageuse, les 15 premiers jours, parce que le démarrage a été dur. Mais depuis, je me sens parfois pleine de gratitude, parfois flemmarde, parfois fatiguée (mais ce n’est pas seulement l’allaitement, même si ça joue par moments). Mais courageuse ? Non.

    Reply

Chuchotez-moi vos mots doux...