Nos vies parallèles

000

Je me souviens de nos premiers jeux, chez toi. Du haut de nos 6 ans, tes « ôtes tes chaussures » avant d’entrer dans la chambre que je ne comprenais pas. Je me souviens de cette fois où on s’était parfumées avec le brise, bêtise de gamines. Je me souviens que tu rêvais de porter des lunettes et que tu avais planqué les miennes. Je me souviens quand on s’était cachées sous mon lit après avoir mangé tous ces bonbons au miel. On ne savait pas encore qu’on devrait se côtoyer encore de longues années.

Je me souviens de nos week-end sur deux passés ensemble, de ma jalousie. Nos confidences dans le secret de ta chambre, nos interrogations, nos corps qui grandissaient. Et puis…on s’est perdues. Je ne peux pas dire qu’on a été très proches, ce serait faux, on était deux gamines réunies par l’amour de leurs parents, rien de plus finalement. Je ne sais pas grand chose de la femme que tu es devenue.

Ce matin je n’ai pas tout de suite compris. Les mots de l’autre côté du téléphone étaient vides de sens. La réalité écrasée par la fiction. Une femme tous les deux jours et cette femme, c’est toi. Si tu ne l’avais pas rencontré il y a quelques semaines, est ce que…

Je regarde mon fils et je pense à ta fille, ils ont le même âge.

Je pense à toi.

*pas de commentaires. Merci*

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chuchotez-moi vos mots doux...